En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites ou vous proposer des contenus en rapport avec vos centres d’intérêts. OK

RéfleXions en Gynécologie Obstétrique la revue

Dossiers RéfleXions en Gynécologie Obstétrique
N°51 - Décembre 2018

Congrès INFOGYN 2018

Microbiotes et Syndrome Génito-Urinaire de la Ménopause (SGUM) : quoi de neuf en 2018 ?

Juliane Berdah

Les fondamentaux du microbiote Thierry Keller Nous assistons à un boom des publications sur le microbiote depuis une dizaine d’années. L’arrivée de la biologie moléculaire a permis d’identifier et d’optimiser les différents microbiotes et c’est le cas pour le microbiote vaginal. En 2005, la publication de Verhelst sur la fréquence d’isolement a permis d’identifier... lire la suite

Comment faire face aux croyances sur la contraception orale ?

Juliane Berdah

Suite à la crise polémique de 2013, les femmes renoncent à la pilule, et le taux d’IVG augmente... Devant le refus de la pilule observé dans nos cabinets, un sociologue et un médecin nous donnent quelques clés pour faire face à cette situation préoccupante.  Le point de vue d’un sociologue Jocelyn Raude ... lire la suite

Risques veineux et grossesse : dialogue entre un gynécologue-obstétricien et un angiologue

Catherine Azoulay

Le surrisque de maladie thrombo-embolique veineuse Les recommandations 2015 du CNGOF ont bien établi que le risque de maladie thromboembolique veineuse (MTEV) est augmenté : • en post partum, par rapport à la grossesse et • après une césarienne (x 2 à 3) par rapport à un... lire la suite

9ème Congrès Annuel du GEMVI 2018

Avant-propos

Patrice Lopes

L'intérêt d'un Congrès sur la ménopause est d'actualiser les connaissances pour faire profiter aux patientes des dernières données de la science. La ménopause n’est pas une maladie et sa prise en charge doit être rationnelle. L’insuffisance estrogénique expose-t-elle la femme à des risques spécifiques ? La cinquantaine n’est-elle pas l’âge des bilans et un temps ou le dépistage et la prévention deviennent importants... lire la suite

Préserver ou non l’utérus en cas de chirurgie du prolapsus ?

Thibault Thubert, Patrice Lopes

Introduction De nombreuses femmes présentent un prolapsus génital. 11 % d’entre elles auront recours à une chirurgie de l’incontinence ou du prolapsus au cours de leur vie. Le choix de la technique chirurgicale dans le cadre du traitement d’un prolapsus génital dépendra des caractéristiques des patientes et de leur prolapsus, d’une discussion entre le praticien et la patiente... lire la suite

Conséquences sur la sphère uro-génitale des traitements des cancers : comment les prévenir, comment les guérir ?

Aliette Dezellus

Les femmes prises en charge pour un cancer, qu’il soit pelvien ou non, sont plus à risque de syndrome génitourinaire (SGUM), qui peut être plus précoce et/ou plus sévère que les autres femmes à la ménopause. Le SGUM associe un panel de symptômes incluant : une sécheresse vaginale (symptôme le plus fréquemment décrit), une sensation d’inconfort, de brulure, d’irritation, des troubles sexuels, ainsi qu’une dysurie, des... lire la suite

Les symposia du Congrès GEMVI

Catherine Azoulay

« Dépister, prévenir et prendre en charge l’ostéoporose féminine » D’après les communications de Thierry Chevalley (Genève), Florence Trémollières (Toulouse) et Patrice Fardellone (Amiens) - Symposium satellite THÉRAMEX > Les déterminants de l’acquisition osseuse sont multiples, certains non... lire la suite

42èmes Journées Nationales Du CNGOF

Les grands thèmes 2018

Catherine Azoulay

C’est à Strasbourg que se sont réunis cette année plus de 3400 participants d’une trentaine de nationalités impliqués dans la santé de la femme pour assister aux 42èmes Journées Nationales du CNGOF du 4 au 7 décembre 2018. C’est dans une ambiance studieuse que nous avons pu entendre les meilleurs orateurs et prendre connaissance de 5 nouvelles... lire la suite

Actualités dans la prise en charge du fibrome utérin

Catherine Azoulay

UPA : les leçons d’une crise. Le point de vue de l’hépatologue Dominique Larrey (Montpellier) Esmya® (ulipristal) dispose d’une AMM européenne depuis 2012. En novembre 2017 était déclenchée, par l’Agence européenne des médicaments (EMA), une procédure de réévaluation du rapport bénéfices/risques de la spécialité suite au signalement de 4 cas d’hépatite aiguë grave chez... lire la suite

Les marqueurs de pré-éclampsie : quelle place pour le ratio s-Flt1/PLGF en pratique clinique ?

Catherine Azoulay

Rappels physiopathologiques et enjeux de la prise en charge de la pré-éclampsie V. Tsatsaris (Paris) La prééclampsie (PE) atteint 2 % des femmes enceintes mais elle trône à la 4ème place des causes de décès maternels. Il s’agit d’une dysfonction placentaire qui favorise la libération de molécules induisant une dysfonction endothéliale... lire la suite

RUBRIQUES

Intérêt des probiotiques en gynécologie

Philippe Judlin

Résumé Les probiotiques sont des souches de lactobacilles utilisés pour rétablir ou renforcer le microbiote vaginal qui joue un rôle essentiel de protection de l’appareil génital. La place principale des probiotiques est le traitement des dysbioses, vaginose bactérienne et candidose vulvovaginale. Jusqu’à présent les probiotiques sont prescrits en complément des traitements anti-infectieux de référence... lire la suite

Préservation de la Fertilité féminine

Jérémy Calvo, Michaël Grynberg

résumé La Préservation de la Fertilité (PF) pour raisons médicales est permise législativement en France. Les seules techniques établies de PF sont actuellement la congélation d’ovocytes ou d’embryons après stimulation ovarienne. La cryopréservation de tissu ovarien et la congélation d’ovocytes ou d’embryons après maturation in vitro (MIV) restent à ce jour considérées comme expérimentales,... lire la suite

Traitements non conventionnels de la dysménorrhée primaire

Catherine Azoulay

Introduction Bien que la dysménorrhée primaire, définie par l’existence de crampes utérines menstruelles douloureuses en l’absence de toute pathologie pelvienne décelable, soit extrêmement fréquente, elle est sousdiagnostiquée et soustraitée( 1). Elle débute en général à l’adolescence, au moment, ou peu après (624 mois) la ménarche. La dysménorrhée primaire survient juste avant ou au démarrage des règles. Elle dure typiquement 8 à... lire la suite