En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites ou vous proposer des contenus en rapport avec vos centres d’intérêts. OK

RéfleXions en Gynécologie Obstétrique la revue

Dossiers RéfleXions en Gynécologie Obstétrique
N°50 - Octobre 2018

3ème Congrès de Chirurgie Ambulatoire en Gynécologie

Avant-propos

Emile Daraï

Pourquoi un congrès spécifique à la chirurgie ambulatoire en gynécologie-obstétrique ? L’augmentation de la chirurgie ambulatoire est sans aucun doute une cible importante pour nos tutelles, en raison des impératifs économiques indiscutables mais également pour les structures médicales du fait de la gestion simplifiée de l’occupation des lits et des contraintes en personnel médical et para-médical. ... lire la suite

Les freins au développement de la chirurgie ambulatoire

Hervé Fernandez

Le recours à la chirurgie ambulatoire, définie comme une hospitalisation inférieure à 12 heures, et à la réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC) sont devenues des objectifs majeurs en Santé Publique. Les pouvoirs publics ont pour objectif la réalisation de plus de 70 % des actes de chirurgie selon cette pratique. L’objectif de cette présentation est de montrer les nombreux freins existants au développement de cette alternative à... lire la suite

Organisation et évolution de la chirurgie ambulatoire : le point de vue anesthésique

Francis Bonnet et Anissa Houhou

La chirurgie ambulatoire est un concept d’organisation des soins, centré sur le patient. En France, la définition correspond à un séjour hospitalier de moins de 12 heures. L’enquête nationale « OPERA » menée par la Société française d’Anesthésie Réanimation (SFAR) en 2013- 2014 a montré que les unités fonctionnelles de chirurgie ambulatoire étaient dans la majorité des cas sous la responsabilité organisationnelle de médecins anesthésistes... lire la suite

Urgences en gynécologie : faisabilité et bénéfice d’une prise en charge différée en ambulatoire

K. Nikodijevic, H. Fernandez, P. Capmas

Introduction La chirurgie ambulatoire correspond à un acte opératoire pour lequel l’hospitalisation dure moins de 12 heures, sans hébergement de nuit. Elle est en plein essor du fait de son impact financier et est actuellement une priorité pour le système de santé, avec l’objectif d’atteindre 2/3 de chirurgie prise en charge en ambulatoire dans les années à venir. Un... lire la suite

Douleurs et morbidités comparées des mini-bandelettes vs bandelettes TOT

Philippe Debodinance

Depuis la description de la technique TVT en 1995 par Ulmsten, la mise en place d’une bandelette sousurétrale (BSU) est devenue la technique de référence de cure de l’incontinence urinaire d’effort féminine. Pourtant cette technique présentée comme mini-invasive est parfois à l’origine d’échecs ou de complications sérieuses comme pour la voie rétro-pubienne avec des perforations vésicales, voire plus rarement des plaies vasculaires et viscérales, pour... lire la suite

Prise en charge ambulatoire du prolapsus génital traité par voie vaginale

David Hamid

Dans un climat institutionnel incitateur au développement de la chirurgie ambulatoire (CNAM, HAS, établissements de santé) l’évolution récente de la chirurgie du prolapsus génital amène à reconsidérer les modalités d’hospitalisation des patientes. Les troubles de la statique pelvienne sont un problème de santé important chez les femmes : le risque est estimé à 12 % d’avoir à recourir à une intervention pour... lire la suite

Contributions du vert d'indocyanine pour la détection du GS dans les cancers pelviens pour augmenter le taux de chirurgie ambulatoire

Sofiane Bendifallah et Emile Daraï

Au cours des deux dernières décennies, avec le développement important de la chirurgie mini-invasive, la stadification ganglionnaire des cancers pelviens a beaucoup évolué. Alors que la lymphadénectomie pelvienne contribue à augmenter le temps opératoire, la perte de sang et le taux de complications per et post opératoire, la technique de détection du ganglion sentinelle (GS) a été validé par de nombreux auteurs dans... lire la suite

Hystérectomie vaginale : comment favoriser l’ambulatoire ?

Jean Dubuisson

La voie vaginale est à privilégier en cas d’hystérectomie pour pathologie utérine bénigne, en raison à la fois d’une diminution de la morbidité péri-opératoire et d’un retour plus précoce aux activités quotidiennes en comparaison aux autres voies d’abord, notamment à la laparotomie. L’application des principes de réhabilitation précoce en chirurgie vaginale permet une prise en charge ambulatoire optimale pour la plupart des patientes avec un... lire la suite

Hystérectomie ambulatoire : les leviers pour une meilleure acceptance

Charline Calabre et al.

En chirurgie gynécologique pelvienne, l’hystérectomie est une des inter ventions les plus pratiquées avec 32 082 procédures réalisées en France en 2016 selon les données de l’Agence Technique de l’Information sur l’Hospitalisation (ATIH). Parmi celles-ci 20 296 (63,2 %) ont été réalisées par voie mini-invasive : 35,9 % sous coelioscopie (1). Concernant l’hystérectomie laparoscopique, il s’agit en principe d’une intervention de courte durée qui s’apprête... lire la suite

Cancer de l’endomètre et ambulatoire

Geoffroy Canlorbe et al.

Le cancer de l'endomètre représente dans les pays développés le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes. Chaque année, 88 068 nouveaux cas sont enregistrés dans l'Union européenne, dont 7 200 en France. Environ 75 % des cas sont diagnostiqués à un stade précoce, limité au corps de l’utérus, pour lesquels une prise en charge par chirurgie mini-invasive est recommandée avec hystérectomie +/- geste... lire la suite

Contribution du vert d'indocyanine pour GS pour augmenter le recours à la chirurgie ambulatoire

Sonia Zilberman, Anna Ilenko, Emile Daraï

En France 50 000 nouveaux cas de cancers du sein sont diagnostiqués chaque année. La chirurgie conservatrice du cancer du sein (60 à 70 % des interventions) semble une bonne indication pour une prise en charge ambulatoire avec des patientes le plus souvent asymptomatiques et des interventions de courte durée, à faible risque de complications aiguës, relativement peu invalidantes et ce d’autant que l’on assiste... lire la suite